Premiers coups de rame!

Publié le par Artemis

Elle est fière de moi ma petite Julie! Et hier soir, un énorme sourire lui fendait le visage à lui en donner des crampes!

À la surprise générale de mes proches, la semaine dernière, j'ai franchi le pas et me suis inscrite pour un cours d'initiation à l'aviron. Pourquoi ramer? La question est venue de Greg, l'administrateur système de notre projet... Il est vrai que c'est un mouvement répété et cadencé pour toujours parcourir le même circuit. Mais voilà, j'ai besoin de changement... En plus, je ne suis pas en super forme physique, et l'aviron est un excellent moyen de faire du sport et retrouver un bon appétit sans se sentir trop coupable de manger n'importe quoi ou presque, puisque de toute façon, tout va finir par disparaître... Certains d'entre vous, notamment ceux qui ont lu mon dernier article, pourraient aussi voir poindre cette petite idée coquine que ma motivation réside principalement en la présence de beaux gars dans des tenues disons plutôt... heu... légères... et… moulantes…
Mais sincèrement, j'ai eu envie de m'inscrire pour le plaisir de partager une activité hors du boulot avec une amie, parce que faire du sport seule c'est plate, et que Julie et moi sommes devenues très proches.

[…]

Quel week-end! Vendredi, Simon, le co-équipier de Julie, est passé nous prendre après le travail, en compagnie de sa meilleure amie Laurie, pour partir vers Ottawa. Le lendemain, Julie et lui allaient participer à leur première compétition d'aviron. Simon pratique ce sport depuis seulement un peu plus d'un mois et se débrouille vraiment bien. Il faut dire qu'il a une partenaire de choix ;-)
Depuis la veille néanmoins, Julie ressentait comme une boule qui s'intensifiait dans le ventre, et rien ne la faisait passer...
Leurs objectifs revus à la baisse pour la course étaient
1) ne pas chavirer surtout
2) ne pas arriver dernier!

Samedi matin très tôt, nous nous dirigeons vers le fleuve... sous nos parapluies! Arrivés au club d’aviron d’Ottawa, chaussures et bas de pantalon dans un piteux état, il a fallu préparer les embarcations: en moins de 10 minutes, nos deux athlètes se sont retrouvés trempés jusqu'aux os! Le temps passe lentement et la pression monte lorsque quelques éclairs fendent le ciel: la course sera-t-elle maintenue?
8h30: c'est l'heure! Six avirons se dirigent vers la ligne de départ à environ 1000 mètres de notre point de vue... Heureusement la pluie nous laisse quelques minutes de répit pour la course... Puis les embarcations s'élancent... Il est difficile de jauger les distances entre les équipes, mais Simon et Julie semblent être parmi les derniers... Puis nous assistons à leur formidable remontée! C'est sous nos encouragements incessants qu'ils parviennent à dépasser les concurrents et terminent la course en troisième position! Personne n'y croit, et pourtant... Ils l'ont fait! Quelle surprise! :-)
Le reste du week-end s'est déroulé sur un petit nuage...

C'est à ce moment que Julie m'a dit une chose qui donne tout son sens à ma démarche pour commencer l'aviron: "C'est magique, comme si on volait sur l'eau..."

C'est vrai qu'en me rendant jusqu'au bassin et en ramant sur l'ergomètre lundi soir, je me suis demandé plusieurs fois ce que je faisais là! Mais bon, ce n'est pas en une séance à l'intérieur que l'on peut se faire une véritable idée des sensations de ce sport. Je suis sûrement la seule fille de l'histoire de l'aviron à n'avoir eu pour seule conséquence de ma première séance qu'une petite cloque au dessus de l'index de ma main droite. D'habitude, de nombreuses courbatures se font ressentir dès le lendemain et quand Julie me parle de tous ses bleus, ce n'est pas pour me rassurer... Et bien rien de tout cela pour moi! Juste la rame de ma main gauche qui a frotté un peu trop sur ma main droite... et hop!
En tous cas, j’ai dû retenir pas mal de choses: le dos droit (sinon il parait qu'on chavire), la séquence jambes-dos-bras vers l'arrière puis l'inverse vers l'avant, garder les mains proches, la gauche au dessus de la droite, former un rectangle vertical avec les mouvements des mains, orienter les rames horizontalement quand elles sont hors de l'eau et verticalement quand elles entrent dans l'eau, et surtout, surtout suivre la cadence de la personne qui te précède dans l'embarcation, sinon on tricote! ;-)

Hier soir, j'y suis donc retournée, un peu sceptique cependant: la première séance ressemblait plus à de la musculation intense qu'à un sport agréable (et j'aime pas la muscu!). Mais pour le deuxième cours, nous avons ramé dans le bassin, sur de véritables embarcations… enfin les bateaux jaunes, ceux qui ne chavirent pas!
Première impression… c'est rigolo de se retrouver sur l'eau et de se débrouiller pour quitter le quai dans la bonne direction ;-) Puis je prends pleinement conscience du lieu exact où je me trouve, devant cette étendue de quelques kilomètres, bleue, plane... Un véritable sentiment de plénitude m'envahit... Rien ne trouble ce calme que les voix lointaines des rameurs de bateaux dragons et le clapotis de l'eau au contact de mes rames...
Évidement, quand il s'agit de reculer dans la bonne direction (parce qu’on avance en reculant… pour simplifier les choses ;-) ), c'est un peu plus complexe, surtout que malgré ce que tout le monde prétend sur ces fameux bateaux jaunes, ils gigotent pas mal! Cependant, je peux l'avouer, j'ai éprouvé un immense plaisir à me retrouver là hier, avec rien d'autre en tête que l'aviron, l'eau, le ciel et moi...

Un grand merci à Jamie pour la séance de muscu de lundi, ainsi qu'à Elliott et Max pour leur patience hier :-)

Et surtout merci Julie :-)

Publié dans Old

Commenter cet article

Dad 23/07/2009 19:30

Je ne connais personne dans la famille qui à déjà fait de l'aviron. La photo la plus proche est celle que je t'envoie par e-mail - tu pourras l'intégrer dans ton site si tu veux.
Entre-temps - félicitations et bonne poursuite de cette activité qui te mettra sûrement en bonne forme.